BEN

Usage
Logement individuel

Intervention
Extension, rénovation

Type de client
Particulier

Localisation
Rennes – France

Statut
Idée

BEN(t)

est un projet de réhabilitation (200 m2) et d’extension (40 m2) d’une maison de ville rennaise. Les futurs habitants du lieu souhaitaient conserver l’esprit originel du bâtiment et du quartier tout en améliorant la qualité des espaces intérieurs et extérieurs. La brique blanche de l’extension fait révérence à l’histoire industrielle et ouvrière du quartier, ses lignes et la courbe du toit s’inscrivent dans la continuité du volume existant, et les ouvertures permettent de tirer profit de la lumière et du rapport privilégié avec le jardin, tout en créant des connexions avec la maison existante.

« La voûte est ici maniée comme vecteur d’émotion, comme une poésie fragile que le design et l’architecture tente d’apprendre de la nature. »

_ François Chenon / cofondateur / DUMBO

S’étendre et s’ouvrir

La forme de la maison est caractéristique des maisons traditionnelles des années 50, avec des proportions tout en hauteur et un toit à 45%. Cette maison est le point de départ du cheminement architectural.

Pour conserver une cohérence d’ensemble et réduire les vis-à-vis, le projet d’extension occupe l’intégralité de la surface constructible et vient dans le prolongement de la toiture existante. Les proportions de la façade donnant sur le jardin sont réajustées pour redonner de la hauteur au séjour principal du R+1, avec l’aide d’une voûte cintrée, qui apporte aussi une ambiance intérieure douce et chaleureuse.

À l’arrière de l’extension, une section de la volumétrie est effectuée en toiture pour s’adapter à l’existant et générer une faille de lumière entre le séjour et la cuisine. Enfin, pour profiter pleinement du jardin et de la lumière du soir, la façade Ouest est intégralement vitrée avec un dessin rappelant le calepinage du vocabulaire architectural post-industriel.

Inspirations

Sainte-Thérèse est un vaste quartier résidentiel situé au Sud de la gare de Rennes. La construction de la majorité de ses logements individuels avec jardin privatif date de la première moitié du XXe siècle. Son architecture est l’expression de l’activité industrielle qui y prenaient place à l’époque et de la population ouvrière qui y vivaient. 

Les grands vitraux au calepinage régulier et les façades en briques blanches côtoient dans cette extension la voute et le travail de la courbe. 

« Le terrassement et le soubassement constituent le poste de coûts le plus important pour la construction d’une maison individuelle. Pour réduire ce coût, il est possible de construire une extension sur pilotis. »

_ Baptiste Mourcel / co fondateur / DUMBO

L’art de la courbe

La voûte cintrée est utilisée pour s’adosser au mur existant, garantir une hauteur agréable à l’intérieur et s’ouvrir au maximum sur le jardin arboré. 

L’ouverture en toiture à l’arrière de l’extension permet, grâce au  reflet de la façade de la maison existante, de faire entrer une lumière constante, qui vient épouser la courbe du nouveau volume et se diffuser dans l’espace entre le séjour et la cuisine.